Publié le

Vite ou bien ?

vite ou bien goetzmann

Entrepreneur ou dirigeant, il est assez rare que nous manquions d’idées. Certaines sont bonnes, d’autres sont mauvaises, d’autres encore, un peu farfelues, mais quelques-unes d’entre elles se transforment en projet. Et alors soudain, il faut faire vite. Ce qui n’était encore qu’une idée, il y a quelques temps, devient un projet urgent, à réaliser dans les meilleurs délais, sous peine d’échec. Alors qu’il y a encore d’autres projets, plus anciens, dans les tuyaux, conséquences d’idées antérieures, les actions se télescopent au risque de se confondre et de semer le désordre dans le fonctionnement quotidien.

Certains projets sont alors laissés à l’abandon, ce qui est une mauvaise chose. S’il y a parfois des excuses à ne pas les terminer, il n’y a jamais de bonne raison. Un projet ne peut se poursuivre ou s’arrêter que de façon consciente et pour des raisons objectives. L’excuse du foisonnement des tâches n’en est pas une. Et pourtant, quelle que soit leur taille, grandes entreprises, PME ou TPE, une observation attentive vous y fera découvrir, inexorablement, un cimetière des bonnes idées disparues. L’ambiance, l’enthousiasme des équipes crée naturellement une très forte attirance vers toute nouvelle idée qui scintille. Comme pour Don Juan, la nouvelle, la prochaine à mettre en œuvre, est forcément la plus séduisante.

Ne laissez pas la créativité – absolument nécessaire – vous entraîner vers un nombre de projets qui absorberont plus de ressources humaines ou financières que vous n’en possédez.

Chaque projet doit être construit, évalué et daté. Un projet n’est pas une velléité, c’est une volonté. Il implique donc un niveau de moyens qui se quantifie et comme vous y engagez une part non négligeable de vos ressources, il convient d’être vigilant.

La clé du succès, pour un projet, est d’abord la concentration. Si vous voulez lancer la mise en œuvre concrète d’une idée et lui donner l’élan nécessaire, vous devrez lui créer un environnement qui vous garde concentré, vous et vos équipes, et vous fait avancer au bon rythme, dans un bon timing. Il vaut mieux équilibrer les efforts plutôt que d’en faire 110 % un jour et 30 % un autre. C’est la fable du lièvre et de la tortue.

Il faut aussi, en fonction des ressources disponibles, protéger votre projet naissant des nouvelles idées qui vont tenter de s’y substituer. Tant que vous n’aurez pas réévalué un projet pour prendre la décision objective de le poursuivre, de l’accélérer, de le ralentir ou de l’arrêter, vous devrez être capable de constamment évaluer votre capacité à accueillir ou non, d’autres idées à mettre en œuvre. Il est trop facile, parce que souvent plaisant, de butiner de gauche à droite, au gré de ses envies ou de ses inspirations.

La réalité du business aujourd’hui est qu’il faut savoir transformer des idées en factures, du savoir en argent. Il faut aller vite et bien, avoir beaucoup d’idées, savoir sélectionner celles qui marcheront et se montrer ensuite consistant dans leur mise en œuvre.

Une idée, un commentaire ?

Allez dans l’espace réservé à cet effet sous le blog

Vous envisagez de vous faire accompagner ?

Ecrivez-moi : alain.goetzmann@deltaintermanagement.com

Téléphonez-moi : +33 607 552 646

Une réflexion au sujet de « Vite ou bien ? »

  1. […] selon André Comte-Sponville, est constituée de l’ensemble de nos devoirs, les obligations que nous nous imposons à nous-même, indépendamment de […]

Répondre à La morale des affaires n’a rien à voir avec la morale | Contrepoints Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

test anti bot *