Publié le

Ne restez pas isolé

ne vous isolez pas alain goetzmann

Le sentiment de solitude du dirigeant est inéluctable, particulièrement dans notre pays qui sacralise le chef, que ce soit dans les domaines politiques ou économiques. Comment, dans cet état d’esprit, le dirigeant d’entreprise pourrait-il partager ses interrogations et ses doutes avec son équipe, sans créer en elle un sentiment d’inquiétude, né de sa supposée infaillibilité ?

C’est pourquoi un nombre croissant de chefs d’entreprise se font maintenant accompagner d’un coach, à l’instar des CEO américains, qui y recourent systématiquement. Celui-ci leur sert de mesure de progrès, de sparring-partner, de confident avec lequel il est possible d’échanger sans courir le risque de jeter le trouble dans l’esprit de leurs proches collaborateurs. Cependant, à l’inverse des américains, force est de constater que cet accompagnement reste encore suspect aux yeux de nombreux dirigeants français.

La première décision d’un sportif qui prétend à des records est de se choisir un coach. Tout artiste qui veut devenir célèbre se dote d’un impresario. Alors pourquoi nos dirigeants comme nos entrepreneurs hésitent-ils encore à se doter des moyens de mieux réussir ?

Mais il y a aussi d’autres moyens de rompre sa solitude dans la prise de décision et dans l’action quotidienne. S’ils ne se substituent pas à l’accompagnement et à l’échange, ils permettent de préserver une qualité de jugement qui ne repose pas que sur des informations internes. J’en distinguerai trois, essentiels :

1. Faites des pauses, sortez de votre tour d’ivoire et rencontrez des gens différents

Il est certainement flatteur d’être considéré par tous comme un bourreau de travail cependant, le rôle d’un dirigeant n’est pas de travailler dans son entreprise mais sur son entreprise. Il faut qu’il puisse la voir avec des yeux neufs aussi souvent que possible. Pour y parvenir, il doit sortir, rencontrer d’autres dirigeants, se confronter avec d’autres problématiques, échanger au sein de cercles n’ayant pas forcément les mêmes objectifs, faire la connaissance de gens fondamentalement différents, par leurs opinions ou leur mode de vie.

2. Astreignez-vous à apprendre

Qu’il s’agisse d’une nouvelle langue, de la pratique d’un instrument de musique ou d’une discipline sportive exigeante, le fait de vous engager dans un projet personnel vous apportera les effets directs de la concentration sur un nouvel objectif : une meilleure créativité et – les neuro-scientifiques sont formels – un renouvellement de vos neurones, ralentissant ainsi le vieillissement de votre cerveau.

3. Echangez en famille et avec des amis

Vous avez un(e) conjoint(e) avec qui vous échangez en toute confiance, quelques amis proches aussi. Faites-en vos confidents, en partageant avec eux des réflexions construites. Non pas les décisions que vous avez à prendre – elles ne concernent que votre entreprise – mais des idées plus générales qui peuvent d’ailleurs parfaitement inclure vos préoccupations du moment.

Votre créativité, la clarté de votre réflexion dépendent de votre capacité à vous nourrir des remontées d’information internes à la condition qu’elles soient associées à une ouverture aux autres et au monde.

« Ce qui honore un homme n’est pas le but, rarement atteint, mais l’intégrité de son intention et la pureté de son cœur, même si on lui coupe le chemin »

Don Quichotte, Cervantes

Vous envisagez de vous faire accompagner ?

Ecrivez-moi : alain.goetzmann@deltaintermanagement.com

Téléphonez-moi : +33 607 552 646

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

test anti bot *